Association des Lecteurs de Claude Simon

Claude Simon, 6 : La réception critique (2012)

Dernière modification le dimanche 22 décembre 2013

Claude Simon, 6 : La Réception critique. Textes réunis par Ralph Sarkonak. Caen : Lettres Modernes Minard, 2012. 302 p. (Revue des lettres modernes. Série Claude Simon ; 6)

Présentation sur le site de l’éditeur :

« work in progress » : le titre sous lequel a été connu Finnegans Wake, lors de la prépublication d’extraits de ce dernier roman de James Joyce dans la revue transition, convient pour l’avant-propos de cette sixième livraison de la Série Claude Simon, non seulement à cause des liens intertextuels entre le romancier français et son aîné irlandais, mais aussi à cause du sujet proposé ici : la réception critique. Car s’il y a un travail de Sisyphe, c’est bien celui du critique obligé de relire les mêmes textes à l’affût de nouvelles idées, tout en cherchant une approche adéquate à son objet d’étude. En même temps, le critique est censé lire les travaux de ses pairs afin de prendre en compte l’état présent des recherches dans le champ de connaissances de sa prédilection. Vu l’expansion que les études simoniennes ont connue depuis quelques années — en particulier en France —, cela suppose un travail de lecture presque constante, des recherches continues et une familiarité avec une bibliographie critique qui va sans cesse s’allongeant. Tout cela n’est pas peu de choses. En fait, parmi les récentes tendances de la critique, on peut comprendre (et regretter) une certaine réticence à poser ses « briques » de savoir sur celles d’autres chercheurs, chacun préférant travailler tout seul, ou presque. Tel livre difficile à se procurer ou épuisé se voit déplacé et même « remplacé » par tel autre qui traite d’un sujet plus actuel, plus populaire pour dire les choses crûment, ce pour quoi le premier tend à tomber en désuétude, voire en oubli. L’ « oubli critique », comme un des auteurs de la présente livraison l’appelle, est le destin qui attend tôt ou tard la plupart des discours critiques.
Les études simoniennes ont atteint aujourd’hui un degré de maturité qu’elles n’avaient pas quand j’ai lancé la Série en 1993, et encore moins en 1979 quand j’ai soutenu ma thèse. À cette époque « innocente » où leur rareté donnait aux premiers comptes rendus et articles un prestige spécial, on pouvait encore tout lire et tenir compte de tout ce qui s’était déjà dit dans le domaine en faisant ses propres recherches. Aujourd’hui avec la spécialisation des discours critiques et la multiplication des approches, une telle époque paraît bien lointaine. On pourrait ajouter les différends idéologiques à cette liste de nouveaux facteurs expliquant que tout le monde ne lit pas tout ce qui se publie, si on ne savait pas que les chercheurs universitaires n’ont pas de moi.
Aujourd’hui il est impossible de faire un tour d’horizon des études simoniennes en l’espace d’un article ; il y aurait là de quoi faire tout un livre, plusieurs même. Le propos de cette livraison est de donner une idée de certains des enjeux qui caractérisent actuellement la réception critique de l’œuvre de Simon.

Table des matières :

« work in progress », par Ralph Sarkonak, p. 5-19

I. LA RÉCEPTION CRITIQUE

1. Du côté des Flandrins et d’autres boréaux, par Sjef Houppermans, p. 23-40
2. Bilan critique du formalisme ricardolien : la machine abandonnée, par Ilias Yocaris, p. 41-95
3. La Critique simonienne et le référent : l’insistance du réel, par Jean-Yves Laurichesse, p. 97-133
4. La Représentation des arts dans la réception critique de l’œuvre de Claude Simon, par Elzbieta Grodek, p. 135-165
5. Claude Simon : l’oubli de la critique, par Jacques Isolery, p. 167-211

II. ÉTUDES ET RECHERCHES

1. La Forme de l’histoire dans Leçon de choses de Claude Simon : un Nouveau Roman républicain, par Leon Sachs, p. 215-238
2. Voile et structuration phallique dans Le Jardin des Plantes de Claude Simon, par Llewellyn Brown, p. 239-257

III. Comptes rendus

Les Triptyques de Claude Simon ou l’art du montage, M. CALLE-GRUBER ed. (par C. Rannoux). – B. BONHOMME, Triptyque de Claude Simon. Du livre au film. Une esthétique du passage ; Claude Simon : l’écriture cinématographique ; et Claude Simon, une écriture en cinéma (par M. Zupancic). – I. ALBERS, Claude Simon, moments photographiques et A. GLACET, Claude Simon chronophotographe ou les onomatopées du temps (par S. Orace). – C. SIMON, Archipel et Nord ; F. CAMMAERT, L’Écriture de la mémoire dans l’œuvre de António Lobo Antunes et de Claude Simon (par H. De Vriese). – D. ZEMMOUR, Une Syntaxe du sensible : Claude Simon et l’écriture de la perception (par I. Yocaris). – M.-A. RIOUX-WATINE, La Voix et la frontière. Sur Claude Simon (par D. Zemmour).

Mots-clés

Réception  Sarkonak, Ralph 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net