Association des Lecteurs de Claude Simon

Chauvin, Cédric. Référence épique et modernité (2012)

Dernière modification le dimanche 22 décembre 2013

Cédric Chauvin. Référence épique et modernité. Paris : Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2012. 360 p.

Dans la modernité, l’épopée est régulièrement conçue comme un genre obsolète ; mais les épopées du passé sont constamment retraduites et la littérature moderne, narrative en particulier, est rarement pensée hors du rappel de l’épopée. Pour comprendre ces « retours d’épopée », en France, il est utile de revenir sur ses modèles historiques, depuis la fin du XVIIIe siècle, qu’ils informent les reprises des épopées du passé ou le devenir des écritures romanesques : document d’un passé perdu et, à la fois, poème universel, autre du roman mais modèle de totalisation, l’épopée semble d’abord constituer l’alter ego des formes de la modernité. Or un spécialiste des littératures épiques, Georges Dumézil, deux traducteurs d’épopées, Philippe Jaccottet et Pierre Klossowski, témoignent des limites du modèle philologique moderne, attaché à l’épopée. Jean Giono, Julien Gracq et Claude Simon héritent de l’implication moderne entre épopée et roman, et la mènent jusqu’à l’aporie. La référence épique constitue un interprétant des dernières crises de la modernité littéraire et dessine la possibilité d’autres images de l’épopée et d’autres usages du roman.

Sur le site de l’éditeur

Mots-clés

Chauvin, Cédric  Epique  Epopée  Modernité 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net