Association des Lecteurs de Claude Simon

Traduction russe d’un extrait de L’Herbe

Dernière modification le jeudi 1er mai 2014

Texte français :

Donc : la vieille femme – le vieux, le fragile amas d’ossements, de peau, d’organes exténués, aspirant au repos, au néant originel, gisant – soulevant à peine le drap – au sein, au centre de la maison, régnant, invisible et omniprésente, non seulement sur toutes les pièces (présidant – sans qu’il soit besoin de nul bénédicité – au repas, à la rupture en commun du pain dans le familier tintement des couverts heurtant les assiettes, au jacassement absurde de l’autre vieille femme), mais encore les débordant, étendant sa présence, son royaume au-delà des murs, au-delà même du râle, comme si celui-ci n’avait même pas besoin d’être perçu par l’oreille pour être entendu jusqu’au bas de la colline, et même plus loin, maintenant, dans la nuit silencieuse, la nocturne paix du jardin, des frondaisons et des oiseaux endormis, des insectes dans l’herbe noire, sous le ciel noir à peine plus clair là-bas, du côté où s’en est allé tout à l’heure le crépuscule comme par une blessure par où se retire lentement la lumière.

L’Herbe, (Minuit, 1958. Œuvres, II, Gallimard, Pléiade, p. 77)

Texte traduit en russe par Alexey Vishnyakov :

Итак, немолодая женщина : всего лишь горстка – старых, ломких – костей, и органов натруженных, и кожи, взыскующих покоя, первозданного небытия ; покоясь на одре – лишь приподняв немного покрывало – во чреве, в лоне, в сердцевине дома, царящая – невидима и вездесуща – во всех его покоях (довлея – безо всяких Господи помилуй – и трапезе, и преломленью хлеба, привычному позвякиванию приборов, нелепому чириканью другой старухи) и даже их превосходя и простирая присутствие своё и царствие сверх стен, сверх даже хрипа, так, будто он и не нуждался в восприятьи слухом, чтоб разноситься до подножия холма и даже далее, теперь, в ночи беззвучной, ночном покое сада, луга, спящих птиц, и насекомых в травах чёрных, под небом чёрным, чуть светлей в той стороне, куда утёк вечерний сумрак, туда, где как бы рана точит каплею за каплей последний свет.

Traduction lue par Alexey Vishnyakov :


Mots-clés

L’Herbe  Russie  Traduction  Vishnyakov, Alexey 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net