Association des Lecteurs de Claude Simon

une combinaison de fragments

Dernière modification le samedi 29 septembre 2012

Cher Jean Dubuffet,

J’aurais été bien confus et intimidé si vous aviez été assis parmi le public à Genève. J’ai seulement essayé de dire des choses simples (ce qui est d’ailleurs le plus difficile) et, comme on dit toujours que je ne raconte que des bribes d’histoires en « fragmentant » la « totalité » (laquelle ?), de montrer que toute œuvre peinte ou écrite (même les romans dits « réalistes ») n’est jamais qu’une combinaison de fragments. Le titre de la conférence était d’ailleurs emprunté à Mallarmé : « L’absente de tout bouquet » (la fleur dite).

En littérature, Joyce et Proust ont été, me semble-t-il, les premiers à ne pas cacher qu’il s’agissait de travaux d’assemblage et à composer des textes qui ne prétendaient plus enseigner ni démontrer quoi que ce soit. En peinture les Impressionnistes qui cessaient aussi de prétendre représenter la « réalité », puis les Cubistes, Miró, vous ...

Claude Simon, Salses, 21 juin 1982
Jean Dubuffet et Claude Simon, Correspondance 1970-1984, (L’Echoppe, 1994, p. 37)

Mots-clés

Composition  Dubuffet, Jean  Joyce, James  Miró, Joan  Proust, Marcel 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net