Association des Lecteurs de Claude Simon

Antoine Louis Eugène Simon

Dernière modification le mardi 21 avril 2015

Antoine Louis Eugène Simon, le père de Claude Simon, qu’on appelait Louis, est né le 27 juillet 1874 et mort au Front le 27 août 1914.

Il est issu d’une famille paysanne du Jura dont le berceau est Les Planches-près-Arbois. Son père, Claude Étienne Simon est vigneron et meunier.

Il est le benjamin de trois sœurs, Louise, Eugénie et Arthémise, qui l’élèvent et dont les deux dernières sont institutrices.

Il s’oriente d’abord vers Polytechnique, mais une mauvaise chute de cheval l’empêche de passer le concours. Il entre à Saint-Cyr en octobre 1895 et en sort sous-lieutenant.

Il fait ensuite carrière assez rapidement et est affecté en Martinique, à Madagascar, puis, malade, rentre quelques années en France, à Montpellier.

L’homme sous la cascade est mon père. Je ne sais par qui cette photographie soigneusement composée a pu être prise (elle est datée Madagascar, 1907), sans doute à l’aide de l’un de ces volumineux appareils montés sur pied et que l’opérateur recouvrait, ainsi que sa tête, d’un voile noir pour cadrer et mettre au point l’image sur le dépoli avant de glisser la plaque recouverte d’une émulsion relativement lente puisque deux des fougères géantes, à gauche, un peu floues, se sont légèrement balancées pendant le temps de la pose, ce qui donne l’impression, au contraire des instantanés, de voir s’écouler le temps et palpiter la végétation, entendre le fracas de la cascade qui tombe, floue elle-aussi, elle aussi en mouvement, comme un voile vertical dont le reflet fuligineux luit à la surface du courant peu profond au sortir du bassin et sous laquelle, au premier plan, se distinguent les cailloux qui tapissent le fond de la rivière dont l’eau s’écoule en nappe lustrée.

Claude Simon, Album d’un amateur (1988), p. 31

Il rencontre Suzanne Denamiel en 1906 puis repart en juin 1908 pour le Tonkin. Le 8 février 1910, il épouse Suzanne Denamiel, avec laquelle il repart pour Madagascar le 25 avril 1912.

En mai 1914, la famille rentre en France, et début août Louis est mobilisé à Perpignan, dans le 24e régiment d’infanterie coloniale.

Le 27 août 1914, le capitaine Louis Simon est tué au combat dans la forêt de Jaulnay, près de Stenay, dans la Meuse.

source : Grand Mémorial

SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net