Association des Lecteurs de Claude Simon

on avait l’impression de l’entendre encore

Dernière modification le dimanche 22 décembre 2013

C’était encore le printemps. Je me rappelle que le vent souffla presque sans interruption pendant trois mois, au point que lorsque par hasard il s’arrêtait (quelques heures ou quelques jours — jamais plus de deux ou trois) on avait l’impression de l’entendre encore, gémissant et tempêtant, non pas au dehors mais comme à l’intérieur même des têtes : grelots, voix vidées de leur contenu, seulement pleines de bruit et, semblait-il, de cette poussière aussi qui pénétrait, partout, s’insinuait sous les paupières brûlantes, dans la bouche, communiquant sa saveur aux aliments, interposant entre l’épiderme des doigts et ce qu’ils saisissaient (papiers oubliés la veille sur le bureau, assiettes, couverts) cette pellicule obsédante, imperceptible et granuleuse.

Claude Simon, Le Vent (Minuit, 1975, p. 228. Pléiade, tome 1, p. 180)

Mots-clés

Le Vent 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net