Association des Lecteurs de Claude Simon

Claude Simon : relations étrangères. Colloque Genève, 16-17 avril 2021

Dernière modification le mercredi 17 juin 2020

Colloque international
« Claude Simon : relations étrangères »
Genève, 16-17 avril 2021

Appel à communications

Argumentaire

L’avant-dernier roman de Claude Simon, Le Jardin des Plantes (Minuit, 1997), reflète la forte dimension internationale de son oeuvre, le Prière d’insérer évoquant un livre qui « amalgame des fragments épars d’une vie d’homme au long de ce siècle et aux quatre coins du monde ». Il est vrai que par sa vie même, dont on sait qu’elle est le matériau principal de ses livres, Claude Simon a connu bien des expériences hors des frontières nationales.

Né à Madagascar, il fait adolescent deux séjours linguistiques à Oxford et à Cambridge. En 1936, il se rend à Barcelone pendant la révolution. En 1937, il entreprend avec un ami un vaste périple européen qui le conduit jusqu’en URSS. En 1940, il combat en Belgique, puis est prisonnier en Allemagne. Devenu écrivain, il voyage souvent à travers le monde : Europe, États-Unis, Amérique du Sud, Égypte, Inde, Japon, et de nouveau l’URSS… Ces expériences, celles du moins qui furent librement choisies, attestent une grande curiosité de l’autre et de l’ailleurs, un regard aigu porté sur le monde. Paysages, humains, cultures, langues, relations entre les peuples, tous ces aspects intéressent Claude Simon, sollicitent sa passion de la description, son sens de la caricature, suscitent parfois des prises de positions qui font de lui, non pas un écrivain engagé (on connaît son différend avec Sartre), mais un témoin impliqué de son temps. Relié au monde, il fait de cette relation l’objet même de sa relation romanesque.

Dans une ville comme Genève, qui accueille nombre d’organisations internationales, et où un important colloque avait été organisé en 1986 sur l’oeuvre du prix Nobel de Littérature (publié la même année par les Éditions de Minuit sous le titre Sur Claude Simon), il nous a donc semblé pertinent de nous interroger sur les relations que celle-ci instaure avec « l’étranger » comme fascinante altérité. Ce colloque, qui privilégiera les études globales (les relations binaires – Simon et l’Allemagne, Simon et l’Espagne, Simon et Faulkner, etc. – ayant été déjà bien étudiées), a pour projet de réévaluer les dimensions politiques de l’œuvre, longtemps négligées par la critique. Le terme de « relations » pourra ainsi s’entendre dans un sens géopolitique. Seront étudiées également toutes les formes de liaisons, y compris formelles ou linguistiques, que le contact de l’Autre suscite.

Car écrire, c’est inscrire des mots et des formes dans l’espace, construire un système, une machine, un mobile, développer des relations mathématiques entre les éléments, miser sur la dynamique des transports (sens originel de métaphore que Simon aime rappeler) et des « corps conducteurs » que sont les mots. Enfin, c’est l’acte de relater qui nous retiendra, car les « relations étrangères » sont aussi celles qui se tissent dans les voyages, ou leur récit, et le voyage est souvent, pour Simon, une métaphore de l’écriture.

« Les mots possèdent ce prodigieux pouvoir de rapprocher et de confronter ce qui, sans eux, resterait épars dans le temps des horloges et l’espace mesurable » (Orion aveugle, Skira, 1970) : nous faisons le pari qu’à l’épreuve de l’étranger, ce pouvoir de confrontation et de mise en relation est modifié et augmenté.

Quelques références bibliographiques

Organisation

Ce colloque est organisé par Nathalie Piégay (Université de Genève, Framo) et l’Association des Lecteurs de Claude Simon (président : Jean-Yves Laurichesse).

Comité scientifique

  • Michel Bertrand (Aix Marseille Université)
  • Bérénice Bonhomme (Université Toulouse-Jean Jaurès)
  • Alastair Duncan (Université de Stirling)
  • Jean-Yves Laurichesse (Université Toulouse-Jean Jaurès)
  • Wolfram Nitsch (Université de Cologne)
  • Nathalie Piégay (Université de Genève)
  • Pierre Schoentjes (Université de Gand)
  • Dominique Viart (Université Paris Nanterre)
  • Cécile Yapaudjian-Labat (Aix Marseille Université)

Les projets de communications (un titre, un descriptif et une courte notice biobibliographique) sont à adresser avant le 10 septembre 2020 à Nathalie Piégay (nathalie.piegay@unige.ch) et Jean-Yves Laurichesse (jylaurichesse@gmail.com).

- Télécharger l’appel en communication en pdf :

PDF - 189.1 ko

Mots-clés

Géographie  Politique  Suisse 
SPIP      • Contacts et mentions légalesPlan du siteRéalisé par rature.net